Actions & Projets, L'actu de l'Ecomusée, Presse/médias|

Article publié le 30/06/2020 dans la Nouvelle République

Un parc photovoltaïque pourrait voir le jour à Saulgé, en partie sur les terrains de l’écomusée, qui assurerait ainsi une partie de son financement.

Dimanche matin, Gilbert Wolf, coprésident de l’écomusée, a donné des précisions sur le projet photovoltaïque lors de la visite.
© Photo NR

L’écomusée proposait, ce week-end, ses premières animations depuis la sortie du confinement, à Jouhet, Saulgé et Montmorillon. « Nous allons rééditer notre programme et lancer une campagne d’affichage dans les commerces pour inciter les gens à s’informer sur notre site internet », indique Gilbert Wolf, coprésident de l’écomusée.

Du pâturage sous les panneaux

La balade nature sur les chemins de Juillé (Saulgé), dimanche matin, co-animée par Gilbert Wolf et l’entomologiste Patrick Prévost, a été l’occasion de présenter les futurs chantiers de l’écomusée.
Aux premiers rangs desquels la construction d’un parc photovoltaïque de dix hectares entre la ferme de Juillé et La Trutte, par la société toulousaine Soleil du Midi. « Cette société nous a fait part de son intérêt pour ce site où un projet avait déjà été lancé puis abandonné précédemment, explique le coprésident de l’association. Le parc se trouverait sur des terres appartenant à l’écomusée et à un groupement foncier agricole. »
Ces terres agricoles ont une faible valeur pour la culture selon Gilbert Wolf. L’installation des panneaux photovoltaïque permettrait cependant d’y conserver une activité de pâturage, pour des moutons par exemple. « Une étude d’impact environnementale est en cours et une étude pédologique (qualité du sol) a été réalisée. »
En louant une partie de ses terrains actuellement non exploités, « l’association pourrait assurer des ressources financières pour une durée de 20 ans, précise Gilbert Wolf, nous pourrions également faire réaliser à cette occasion des aménagements sur les bâtiments à Juillé. »
L’enfouissement de lignes aériennes et la suppression d’une ligne désaffectée, à proximité de la ferme, figurent également au programme.
Impliqué dans la protection des abeilles et autres pollinisateurs, l’écomusée vient de s’équiper d’une ruche tronc (construite par un membre du rucher communal de Saulgé) et procède actuellement à la réalisation de fondations pour l’installation d’un rucher entre la forge pédagogique et l’étang.
L’association a par ailleurs fait l’acquisition de douze horloges de clocher. « Cette collection nous a été léguée par Paul Chamand, cofondateur de l’écomusée. Elle sera exposée à Lhommaizé, sa commune ». L’écomusée a enfin inscrit le grand chêne de Juillé au concours de l’arbre de l’année 2020. Haut de 20 mètres et large de 23, cet arbre a probablement été planté aux environs de 1650.

Close Search Window